Des expertises reconnues dans la prise en charge de la Dépendance

Des expertises reconnues dans la prise en charge de la Dépendance

     Au fil des années, les équipes du Groupe ORPEA ont acquis une expertise dans la prise en charge des personnes en perte d'autonomie. Vous trouverez ci-après quelques exemples qu'il s'agisse de l'accompagnement des personnes atteintes de maladies neurodégénératives de type Alzheimer, la prise en charge des patients en Etat Végétatif Chronique, ou encore la prise en charge des troubles du sommeil.

L'expertise dans la prise en charge des maladies Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est la première cause de démence chez le sujet âgé  et représente le principal motif d'entrée en maison de retraite.
Ainsi, aujourd’hui 50 à 70 % de la population vivant au sein d’une institution pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) présente une maladie neurogénérative débutante ou confirmée.

C'est pourquoi il est apparu essentiel au Groupe ORPEA d'adapter ses établissement à l'accueil et la prise en charge de ces malades, tant d'un point de vue architectural, qu'au niveau des projets de vie et de soins ou encore de la formation de ses équipes.

Ainsi, depuis de nombreuses années déjà, ORPEA a mis en place une démarche novatrice fondée sur

1.    Le développement et la mise en pratique d’approches non médicamenteuses spécifiquement étudiées

D’une manière générale, les équipes doivent sans cesse favoriser et encourager un travail sur la notion de plaisir et sur la recherche permanente d’amélioration et d’innovation pour offrir une prise en charge de qualité aux malades Alzheimer.
Le choix des thérapies non médicamenteuses s’adapte au projet de soins qui est propre à chaque maison de retraite, et à chaque malade.
Toutes ces approches ont pour objectif de maintenir le plus longtemps possible l’autonomie des résidents atteints de maladies neurodégénératives de type Alzheimer, en favorisant leur bien-être, en développant leurs potentialités, et en limitant les troubles du comportement.

Dans ce cadre, de nombreux ateliers de stimulation cognitive et sensorielle sont proposés au sein des maisons de retraite ORPEA, car ils constituent un vecteur de communication qui facilite le soin. : art-thérapie, gymnastique douce, jardin et cuisine thérapeutiques avec des équipements spécifiquement conçus pour ces unités …

ORPEA est aussi à l’initiative de nouveaux vecteurs de réminiscence, telles que les boîtes à souvenirs : les équipes réunissent des objets qui ont marqué la vie du résident et qui sont vecteurs de souvenirs. Alimentée par les proches du malade - qui deviennent ainsi acteurs de la prise en charge - la boîte à souvenirs s’enrichit ainsi de jour en jour, tout au long du séjour du résident. Elle devient un vecteur de communication : piocher un objet dans la boîte suscitera des souvenirs, riches d’émotions, que le résident aura plus de facilité à exprimer et à partager avec les soignants et leurs proches.

2.    La définition d’un concept architectural dédié pour les unités de vie spécialisées dans l’accueil des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés

L’objectif est de faire vivre et cohabiter des personnes atteintes de troubles comportementaux, sans contrainte et en toute sécurité dans un lieu spécifiquement adapté, et ceci dans le respect de la dignité et du bien-être, pour eux-mêmes, mais aussi pour leurs proches ainsi que les soignants qui y travaillent.

Le Groupe ORPEA a défini l’agencement de ces unités en observant les troubles des malades et en s’appuyant sur les principes directeurs suivants :
•    Pour le malade : libre déambulation sans contrainte, accessibilité, orientation spontanée vers les lieux de vie et sa chambre par un système de repérage adapté, et surveillance permanente passive et non dirigée…
•    Pour les familles : être rassuré de voir son proche évoluer dans une atmosphère sereine ; trouver un lieu d’écoute et partager des moments d’intimité familiale.
•    Pour les personnels : après une formation spécifique et adaptée, travailler en toute sérénité dans un lieu ergonomique ; avoir des lieux dédiés pour les résidents agités, ainsi que des lieux plus au calme pour les activités thérapeutiques.

Ainsi, au sein des maisons de retraite et des cliniques SSR du Groupe, les unités protégées comprennent :

-    Un lieu de vie constitué :

•    d’un espace de vie commune (équipé d’une cuisine thérapeutique) placé dans un endroit qui permet la surveillance passive, soit des couloirs des chambres, soit de l’entrée de l’unité.
•    d’une luminosité naturelle abondante dans l’espace de vie pendant toute la journée (et artificiellement la nuit), en contraste avec un éclairage atténué dans les couloirs des chambres (de jour comme de nuit) et ce, pour guider naturellement la déambulation vers la zone de plus forte luminosité (soit l’espace de vie) et redonner des repères dans l’alternance jour/nuit. Ce dispositif peut être complété par des décorations murales dans les zones de circulation, pour donner un mouvement vers le lieu de vie et orienter la déambulation.
•    d’une zone de déambulation sécurisée et sans entrave (prévention du risque de chute…).

-    Un jardin ou une terrasse protégé(e), accessible depuis le lieu de vie, de forme circulaire et équipé(e) de zones de repos. Des ateliers de stimulation occupationnels ou thérapeutiques (exemple : potager, jardinage…) peuvent y être organisés.

-    Des lieux plus intimes appelés salon des familles ou salon détente.

-    Des chambres individuelles équipées d’un mobilier adapté et spécifiquement créé (lit médicalisé Alzheimer, placards à système de fermeture « intelligent », appel malade sans fil, veilleuse…).

-    Un poste de soins, fermé, qui permet de surveiller les déambulations, les allées et venues, de jour comme de nuit.

L’espace Snoezelen et la balnéothérapie sont le plus souvent souvent situés à l’extérieur de l’unité, afin que tous les résidents et patients puissent en profiter.

La décoration se fait dans des tons pastels et unis, en évitant les effets miroirs.


3.    Une veille active pour identifier de nouvelles approches dédiées à l’accompagnement de ces malades

  • Etude sur finger food
  • Etude sur luminothérapie
  • La création de formations spécifiques pour les équipes ;


4.    le développement d’actions pour soutenir les aidants.

La Direction médicale du Groupe ORPEA a développé un livret conseils à l’attention des proches des malades, afin de les aider à appréhender et vivre avec la maladie, à comprendre les symptômes et troubles qui l’accompagnent, à savoir comment se faire aider …

Par ailleurs, le Groupe soutient les actions d’associations reconnues, telle que France Alzheimer, et contribue à des programmes de recherche comme en Autriche en soutenant un programme de lutte contre les maladies neurodégénératives et les démences, mené par l’Institut Karl Landsteiner, ou en Espagne avec la promotion de l’association nationale de lutte contre la maladie de Parkinson.
 

L’accueil des internes en médecine au sein des cliniques du Groupe

Témoin de la qualité du travail effectué par les équipes du Groupe, certaines cliniques, tant en Psychiatrie qu’en Soins de Suite, disposent d’un agrément pour accueillir et former des internes en médecine, au même titre qu’un Centre Hospitalier Universitaire.

Les troubles du sommeil

En construction

La prise en charge des patients en Etat Végétatif Chronique ou Pauci-Relationnel

8 cliniques SSR CLINEA* en France disposent d’une unité spécialisée adaptée à ces prises en charge lourdes.

Les patients sont déclarés en EVC ou EPR suite à une altération de l’état de conscience plus ou moins sévère, en raison de l’absence d’éveil depuis 3 à 6 mois pour une raison médicale, ou 12 mois pour une cause traumatique.
Un projet médical et de vie est élaboré pour chaque patient.

*situées à Taverny, l’Hay les Roses, Mareuil-lés-Meaux, Boulogne, Louviers, Chamalières, Draguignan et Plateau d’Assy.
 

couverture de la brochure institutionnelle de présentation du Groupe ORPEA
Présentation du Groupe ORPEA